240 cours de la Somme

33800 Bordeaux

5 place Jérôme David
33210 Langon

Tél : 07 69 10 06 75

charline.dieteticienne@gmail.com

Diététicienne Nutritionniste

N° ADELI : 339504326

  • White Facebook Icon
  • Instagram - White Circle
  • YouTube - White Circle
  • LinkedIn

Challenge 2 mois 0 produit laitier

March 1, 2019

 

 

Supprimer le lait ? les doigts dans le nez !
Supprimer les yaourts et les fromages blancs ? Un jeu d'enfant !
Supprimer le beurre ? Ce n'est pas un l'heurt !

Supprimer la crème ? Ca passe crème (je ne me suis pas foulée pour la rime)

Mais quand arrive la question du fromage : c'est là que vient le gros BLOCAGE !

 

 

Si le fait de me priver d'un bout de fromage ne me fait pas peur, ce que j'appréhende d'avantage, c'est l'idée même de dire au revoir à une pizza, une bonne crêpe bretonne, tous mes petits plats habituels où j'intègre du fromage partout, et surtout ... traverser la période du début des raclettes sans pouvoir y toucher !

 


C'est là que vous vient tout naturellement une question vous taraude l'esprit :

 

 

 

POURQUOI s'infliger soi-même une telle souffrance ?

 

  1. Ceux et celles qui suivent mon blog et ma page instagram depuis un moment connaissent ma vocation pour les challenges : l'idée même de se lancer un défi est un jeu motivant pour moi !
     

  2. Pouvoir me mettre à la place de mes patients. Je suis parfois amenée à conseiller pour certains troubles digestifs, ou autres problématiques, de supprimer les produits laitiers sur un mois pour observer l'évolution de leur symptomatologie. S'il est très facile de donner des conseils, il est beaucoup moins évident de les appliquer. Quoi de mieux que de se confronter soi même à toutes les situations de la vie (repas extérieur, etc) pour pouvoir mieux conseiller !?
     

  3. Pour des raisons de santé : "Les produits laitiers sont nos amis pour la vie" ça vous parle ? Ce slogan que la TV vous passe 10 fois par jour pour qu'elle imprègne bien votre esprit, et le petit plus : pour être sûr que vous l'ayez bien en tête : c'est en chanson qu'on vous le répétera ! Pourquoi ? On voudra vous faire croire que c'est pour avoir des os solides, sauf qu'un mammifère (animal ou humain) est sensé être sevré à l'âge adulte. Avez vous vu un animal adulte téter sa mère ?
    Nous trouvons notre apport de calcium dans d'autres sources, même végétales (d'où l'importance d'une alimentation variée et équilibrée). En ce qui concerne les apports : selon l'OMS (Organisation mondiale de la santé) nous avons besoin seulement de 500 mg de calcium par jour, selon le PNNS (Programme National Nutrition Santé) les besoins sont de 900 mg : le double ! L'explication est simple : les lobby des industries laitières : toujours l'intérêt financier avant la santé ! Vous pouvez d'ailleurs vous amuser à comparer le logo du PNNS et du groupe qui commence par un Da et qui finit par none : quasiment identiques !
     

  4. A mon sens, le seul vrai intérêt nutritionnel des produits laitiers reste leur teneur en protéines. Leur glucide (le lactose) n'est pas digeste, leurs lipides sont principalement des graisses saturées. Malheureusement, vous retrouvez dans les produits laitiers industriels une partie de ce que l'animal a pu ingérer lors de son élevage (notamment des antibiotiques, etc).
     

  5. Pour des raisons éthiques : S'il est vrai que l'image de la vache qui broute l'herbe dans les pâturages auprès de son veau est assez idyllique, la réalité de l'industrie laitière est tout autre. En grande surface, vous trouverez rarement des produits laitiers qui ne proviennent pas d'un mode d'élevage et de production industrielle. Nous pouvons choisir de consommer différemment en privilégiant de petits producteurs 

     

  6. Pour me donner une impulsion pour changer mes habitudes alimentaires par la suite, pour les 2 raisons citées précédemment. J'ai déjà essayé de "diminuer" ma consommation en fromage, mais le problème des habitudes, c'est qu'elles sont très difficiles à changer. Alors quoi de mieux que de s'imposer un changement radical pour désaccoutumer son corps, casser ses habitudes, et se forcer à trouver des alternatives ?

 


Quelles sont les alternatives végétales aux produits laitiers ?

 

 

Le lait

 

 

Lait végétal industriel : à base d'avoine, de soja, de riz, d'amande, de noisette, de coco, etc

 

 

Avantages :

  • Peu caloriques, et peu gras

  • Santé : pas de lactose, pas de facteurs de croissance

  • Goût très agréable bien que différent du lait animal

 

Inconvénient :

  • Le goût ne plait pas à tout le monde : essayez plusieurs types de laits pour trouver celui qui vous correspond (à mon sens le lait de riz est le plus neutre, et le lait d'amande le plus fort)

  • Coût plus onéreux pour certains laits végétaux

  • Santé : présence de sucre (mais son pourcentage est trop faible pour le considérer comme un inconvénient), et présence dans certains lait végétaux (dans certains Bjorg) de maltodextrine de maïs 

 

 

Lait végétal maison : à base d'amandes, de flocons d'avoine, etc

 

 

Avantages :

  • Economique : pour la recette ci dessous : 1,5 euro le litre contre 2,5 euros le litre pour de l'industriel

  • Santé : alimentation vivante (il n'y a pas de pasteurisation), le pourcentage de l'ingrédient végétal en question est plus élevé (10% pour la recette ci dessous contre 7% pour l'industriel), moins de sucre (1% pour la recette ci dessous contre 4% pour l'industriel), et aucun additif !

  • Écologique  : pas d'emballage plastique et possibilité d'utiliser les "déchets" de la fabrication des laits (okara d'amande, et purée de flocons d'avoine) pour d'autres recettes en remplacement une partie de la farine, pour des cookies ou des gâteaux par exemple


Inconvénients :

  • Goût différent des laits industriels (personnellement je préfère le goût des laits végétaux industriels)

  • Durée de conservation très courte (4 jours maximum au frigo)

 


Recette du lait d'amande :

 

Ingrédients pour environ 1L

  • 100 g d'amandes

  • 1 litre d'eau

  • 1 càs de sucre complet

  • 1 passoire fine

    Préparation :

  1. Faites tremper les amandes dans de l'eau tout une nuit (8 à 12h)

  2. Egouttez-les, puis placez-les dans un blender

  3. Ajoutez 1 litre d'eau, une càs de sucre et mixez pendant 3 minutes

  4. Filtrez le liquide à travers une passoire fine

  5. Pressez bien avec vos mains

  6. Conserver au frigo et s'il se sépare en 2 phases, remuez-le bien !

     

     

     

     

 

Les Yaourts
 

 

 

Yaourts végétaux industriels : à base de soja, de coco, et d'amandes

 

Avantages :

  • Bonne consistance

  • Goût très agréable


Inconvénients :

  • Coût élevé pour les yaourts de coco

  • Santé : la fréquence de consommation des yaourts de soja ne doit pas être trop élevée compte tenu de la teneur en phyto-oestrogènes du soja, et attention à la liste des ingrédients : certains contiennent des additifs comme des amidons modifiés (donc à privilégier biologiques)

 

 

 

 

Yaourts végétaux maison : à partir de n'importe quel lait végétal

 

Avantages :

  • Economique 

  • Ecologique  : pas d'emballage plastique : utilisation de pots en verre que vous réutilisez par la suite

  • Santé : aucun additif

 

Inconvénients

  • Texture et goût différents des yaourts industriels (personnellement je préfère les yaourts végétaux industriels)

 

 

 

Recette yaourt végétal :

 

Ingrédients pour 1 kg de yaourt :

 

  • 1 L de lait végétal au choix

  • Des probiotiques en gélule ou en sachet

  • Un épaississant : 70 g d’arrow-root par exemple (vous pouvez la remplacer par de la fécule de maïs)

  • Facultatif : fruits en morceaux, compote, confiture, miel, vanille, purée d’oléagineux...

 

Préparation :

 

  1. Mettez le lait à chauffer dans une casserole, ajoutez l’épaississant et portez à ébullition pendant une minute, tout en remuant. Le mélange doit être lisse et sans grumeaux.

  2. Lorsque la température de la préparation est redescendue à 40°C, ajoutez les ferments et les autres ingrédients.

  3. Versez dans des bocaux préalablement stérilisés et refermez-les, puis laissez incuber au moins 6 heures dans une yaourtière.

  4. Placez les yaourts au réfrigérateur pour au moins 4 heures. À conserver 5 jours maximum.

     

     

     

     

     

 

Le Fromage 
 

 

 

 

 

Fromages végétaux industriels : à base de noix de coco et d'amidons, ou à base de noix de cajou et de kéfir

 

Avantages :

  • Santé : pas de cholestérol et moins de graisses saturées

  • Tout y est : le visuel, l'odeur, la texture
     

Inconvénients :

  • Tout y est sauf ... le goût ! Le fromage végétal à base de coco est écœurant en arrière goût : il sera préférable de l'utiliser dans un plat (quelques tranches dans un sandwich, un peu de râpé sur une pizza)

  • Santé : le fromage de coco contient des additifs (amidons modifiés). Le fromage de cajou est complètement naturel, mais son coût est assez élevé

 

 

Fromages végétaux maisons : à base de noix de cajou, d'amandes, de graines de tournesol, ou de tofu soyeux
 

Avantages :

  • Similaire à un fromage de cajou du commerce (pour la recette ci dessous)

  • Economique

  • Santé : Aucun additif

  • Possibilité d'une multitude de déclinaisons possibles ! (vous pouvez ajouter les ingrédients que vous souhaitez : graines de carvi, de cumin, oignon, ail, herbes aromatiques, etc)

 

Inconvénients :

  • Ne cherchez pas à retrouver le goût d'un bon camembert ou autre ... vous le chercherez longtemps ! 

  • Ne convient pas aux envies de fromage pressantes : il faudra attendre quelques jours avant de le déguster

 

 

 

Recette fromage végétal : 

 

Ingrédients pour 1 petit faux-mage :


- 100g de noix de cajou non grillées
- 1 à 2 cuillères à soupe d'eau minérale
- 1 cuillère à café de miso clair
- 1 bonne pincée de fleur de sel
- 1 petite pincée de poivre 
- 1 pincée d'ail lyophilisé 
- 1 pincée d'oignon en poudre
- Quelques gouttes de jus de citron bio

 

 

Préparation :

 

  1. Faire tremper les noix de cajou dans de l'eau pendant une nuit (8 heures).

  2. Les égoutter, les rincer et les mettre dans un mixeur.

  3. Ajouter les autres ingrédients et mixer jusqu'à l'obtention d'une pâte crémeuse et homogène.

  4. Verser la pâte dans un tissus à fromage ou une étamine et former une boule.

  5. Laisser égoutter le fromage à température ambiante pendant une nuit.

  6. Former une boule, la déposer sur une assiette et placer l'assiette dans un four à 40°C ou sur un radiateur pendant 24 heures ou au soleil avec plusieurs torchons par dessus.

  7. Saler légèrement le dessus et placer au frais pendant 5 jours pour affinage.

  8. Retourner au troisième jour.

  9. Le faux-mage est prêt à être déguster quand la croûte devient légèrement sèche.

 

 

 

 

La crème fraîche

 

 

 

 

Crèmes végétales industrielles : à base de soja, de riz, d'amandes, d'avoine, de coco

 

 

Avantages :

  • Texture onctueuse et goût neutre

  • Santé : pas de lactose, moins calorique : 2 fois moins grasse que la crème à 30% et moins riche en graisses saturées

 

Inconvénients :

  • Je cherche encore... peut être le fait qu'on ne puisse pas monter une chantilly avec ?

  • Santé : pour les crèmes végétales non biologiques : vérifier la liste des ingrédients : il ne doit pas y avoir d'autres liants que ceux d’origine naturelle comme le Xanthane ou la gomme de Guar.

 

 

Le beurre

 

 

Beurre végétal industriel ou naturel : à base d'huile de tournesol, d'huile de coco ou d'huile de colza

 

 

Avantages :

  • L'huile de coco (100% naturelle) en remplacement du beurre dans les pâtisseries apporte une délicieuse note fruitée. De plus, elle est solide à température ambiante ce qui en fera un parfait allié pour "durcir" une base de pâtisserie crue

  • Santé : pas de cholestérol (contrairement au beurre qui en contient 250 mg pour 100 g), riches en vitamine E, et en oméga 3 (pour les margarines de colza)

 

Inconvénients :

  • On est très loin du goût du beurre

  • Santé : attention à la liste des ingrédients pour les margarines : elles contiennent très souvent des huiles hydrogénées (la structure des acides gras a été modifiée et devient néfaste pour la santé)

 

 

 

 

Par quoi remplacer le fromage dans les recettes ?

 

Je me suis rendue compte que, malgré le fait que je ne consomme pas de fromage en dessert, j'étais incapable de faire un plat sans fromage (un peu d'emmental râpé par ci, un peu d'emmental par là, un peu de feta par ci un peu de feta par là ... Bref, j'en met partout !
L'objectif de ce challenge était donc aussi de me forcer à cuisiner différemment et de trouver des alternatives végétales qui donnent un peu de pep's aux plats !


En voici une liste non exhaustive :

 

  • Graines torréfiées : courges, pignons de pins, tournesol, sésame, etc. Une fois torréfiées elles perdent légèrement de leurs apports micro-nutritionnels mais elles apportent un goût caractéristique puissant et délicieux (j'a-do-re). Vous pouvez les ajouter à vos salades, ou les parsemer sur des tartes, des légumes ou des lasagnes à la place du gratin.
     

  • Moutarde à l'ancienne : je suis devenu une vraie accro de son goût et de sa texture (les graines éclatent en bouche). Comment l'utiliser : pour des quiches de légumes : la mélanger avec les oeufs et la crème ou l'étaler sur la pâte brisée, pour un cake salé : l'incorporer dans la pâte, vous pouvez aussi l'utiliser pour relever une poêlée, des galettes de légumes, ou l'ajouter dans la vinaigrette d'une salade, etc.
     

  • Olives vertes : elles rehausseront le goût de vos plats (salades, cakes, etc)
     

  • Levure maltée : elle a la caractéristique d'apporter ce vrai goût de fromage et donne une note salée à vos plats. Vous pouvez l'utiliser de la même manière que les graines torréfiées, et vous pouvez la mélanger avec de la chapelure pour donner cette note croustillante sur tous les plats à gratiner. On trouve cet ingrédient dans des boutiques bio ou dans les magasins en vrac.
     

  • Tartinades végétales : caviar d'aubergine, houmous, tapenade, crèmes de légumes moulinés avec un peu de crème végétale (potimarron, topinambour, carottes, artichaut, etc). Habituée à étaler du fromage frais sur une tranche de pain pour la réalisation de tartines salées ou d'un sandwich maison, je me suis surprise à préférer les tartinables végétaux qui sont en plus bien plus légers ! (sauf pour la tapenade, je vous l'accorde ;) ) 

 

 

Mon bilan de 2 mois sans produits laitiers?

 

 

Les points difficiles : (par ordre décroissant)

 

 

  1. Incontestablement le TOP 1 fut : l'envie de pizza qui ne m'a JAMAIS quittée en 2 mois : c'est un plat que j'adore et que j'ai le réflexe de faire par facilité, réconfort et flemme. Malheureusement les pizzas que j'ai pu réaliser à la levure maltée ou au fromage végétal n'ont pas fait le poids face à ma favorite : la 4 FROMAGES.
     

  2. La frustration d'une raclette : c'est aussi ma plus belle victoire : résister à du fromage coulant tout autour de soi, c'est ce qui s'appelle ... une force mentale olympique !
     

  3. Faire une croix sur certains produits industriels : tout comme le sucre "caché", vous trouverez aussi du "lait caché" dans de nombreux produits : une lecture attentive des étiquettes s'impose ! Je peux citer par exemple : de nombreux steaks végétaux, la pâte à tartiner, certains biscuits apéritifs (comme les Pringles), des confiseries (comme les Carambars), les tartes et sauces industrielles, les viennoiseries, les biscuits, les gâteaux, les crêpes, les pancakes, et j'en passe ! J'ai mis le lait caché en dernière position du niveau de difficulté, si  ça n'a pas été difficile, c'est parce que je n'ai pas trop fait l'effort de résister ... Allez, pour vous je vous avoue mes péchés en 2 mois...

 

 

 

 

 


Liste d'aveux : pancakes, cannelés, Pringles, un cheese cake, tartines de beurre, Carambars, une tortilla mexicaine où il y avait du fromage fondu.
Globalement tous ces crimes ont été commis dans un contexte extérieur : amis ou restaurant, c'est ce qui était le plus difficile à gérer : le contexte social !

 

Les points positifs : 

 

  1. Changement de mes habitudes culinaires : c'est une satisfaction d'avoir trouvé des alternatives que je maintiendrai par la suite. J'ai pris conscience que les produits laitiers n'étaient pas si indispensables que ça dans la cuisine
     

  2. Plus aucune envie de fromage : si la vue d'un plateau de fromage me passant sous le nez pouvait me frustrer les 3-4 premières semaines, j'ai fini par m'en déshabituer complètement. Et par déshabituer, j'entends : PLUS AUCUNE ENVIE et AUCUNE FRUSTRATION  (sauf exception de la pizza).
     

  3. Amélioration de l'état de ma peau au bout de 5 semaines !
     

 

Bilan : 


En ayant écris cet article 2 mois après ce challenge, je peux certifier que j'ai réellement changé mes habitudes alimentaires. Bilan fromagesque depuis la fin du défi : pas une goutte de lait, pas un yaourt, pas une part de fromage en dessert, seulement 2 plats avec du cantal, un avec du chèvre, 4 pizzas et 2 raclettes. Digérer le fromage fondu m'est maintenant très difficile, mon système digestif ayant été complètement déshabitué, cela montre bien qu'ils ne sont pas sans impact négatif à ce niveau. L'état de ma peau en est également bien la preuve : le terrain est moins inflammatoire !

 

ET vous, oseriez vous relever le défi et dire au revoir à ça ?

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Catégories
Please reload

Posts Récents
Please reload

Rechercher par Tags